LA PREMIERE K'ART DE SOIREE AU CLOS TROTELIGOTTE

bandeau_vernissage (3) (002)
19 sept 2017

LA PREMIERE K’ART DE SOIREE AU CLOS TROTELIGOTTE

Attenant au chai de vinification, le K-où, notre loft vigneron, est le lieu idéal pour vous accueillir afin de déguster notre gamme de vin, lors des soirées œnologiques…
Il est aussi le lieu idéal pour des expos!
En ce moment nous avons le plaisir d’exposer les collages graphiques de Stéphane Chabrier!

Nous vous proposons de venir
le vendredi 29 Septembre
à partir de 18h30 pour
un K’art de soirée
à l’occasion du 1er vernissage
du Clos Troteligotte en compagnie de l’artiste
et partager ensemble notre gout pour le vin et pour l’art!

 

  • le texte de Mariette (sa compagne concernant l’expo)

« L’œuvre visuelle de Stéphane Chabrier se déploie autour de différents axes qui s’enroulent et se frôlent dans une dynamique multidisciplinaire permanente. Outre la musique électronique, pratiquée dans une esthétique du collage qui caractérise également le processus poïétique de ses créations graphiques, son travail oscille entre la production d’images numériques, vectorielles, réalisées ex-nihilo, dans un geste irraisonnablement démiurgique et la photographie où son regard se frotte au réel dans une approche documentaire ou fictionnelle  plus théâtralisée. Ses  collages  graphiques qui puisent dans la matière infinie d’un recyclage perpétuel d’éléments graphiques créés depuis des  décennies se nourrissent aux sources des sciences humaines et de leur cortège d’images: iconographie anthropologique, documents historiques, codex, archives médiatiques, histoire de l’art, arts décoratifs, arts populaires, motifs folkloriques et imageries mythologiques. Cette curiosité polymorphe où mémoire, histoire et traditions se mixent  pour parfois éclairer ironiquement notre présent, voire son actualité, fait apparaitre des univers baroques dans leur foisonnement faunique, floral et architectural peuplés ou non de figures humaines ou de créatures fantastiques. Peu de silence dans ces mondes inventés, saturés, gargantuesques, polyphoniques, parfois inquiétants où se déclinent, avec flamboyance, le carnaval de la comédie humaine et l’hymne infini des formes terrestres. »

19030654_841918252631996_146160708206782566_n (2)20170919_101741 (3) (002)Mariette Bouillet